La montée du réseau Social (2 of 3)
Par Richard Hughes*, Directeur de la Stratégie Sociale chez BroadVision
Publié le Vendredi 9 Août 2013
La façon dont les entreprises communiquent avec leurs clients, leurs partenaires et leurs employés est en train de changer. Le mail a été l'outil de facto de communication pour les entreprises, mais la montée des réseaux sociaux a rendu les insuffisances du Mail de plus en plus évidentes.

Cet article est le second d'une série en trois parties qui vont permettre d'examiner les forces et les faiblesses du Mail, et comment les Réseaux tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise sociale vont améliorer l'efficacité de la communication d'entreprise, et quelques-uns des défis qui nous attendent le long du chemin.

Est-ce que votre entreprise à une présence sur un au moins un Réseau Social ?, Facebook, Twitter, YouTube ou LinkedIn? Si la réponse est «non», alors peut-être que vous avez une bonne raison pour cela, mais vous êtes dans une minorité toujours décroissante, probablement moins de un sur vingt dans cette situation.

Les médias sociaux ont changé la façon dont les entreprises communiquent avec leurs clients, mais il a peu fait pour changer la façon dont les gens dans les entreprises communiquent les uns avec les autres et avec d'autres entreprises. Le terme «entreprise sociale» signifie tellement de choses différentes pour différentes personnes que cette distinction est souvent négligée. De nombreuses entreprises mettent en place une présence sur les sites de médias sociaux pour devenir «entreprises sociales», alors que la réalité est toute autre et à l'intérieur de l'entreprise, c’est toujours le Mail, même moyen traditionnel de communication qui est axé business-as-usual.

Les Réseaux sociaux axés sur les consommateurs ont un rôle important à jouer dans la communication d'entreprise moderne, mais il est important que nous comprenions les forces et les faiblesses de chaque type de réseau, si nous voulons les utiliser efficacement.

Facebook, Twitter, Pinterest, Google+ et YouTube sont principalement des réseaux de consommateur à consommateur business-to-consumer et, avec 1 milliard d'utilisateurs actifs sur Facebook et 300 millions sur Twitter, ces réseaux offrent une immense portée et sont un excellent endroit pour prendre contact avec les clients et prospects. Mais ils ne sont pas d'excellents endroits pour avoir des discussions plus approfondies, plus productifs avec les clients. Ainsi, dans de nombreux cas, la présence des médias sociaux de l'entreprise doit être accompagnée par leur propre communauté qu'ils utilisent pour l'engagement client plus significative.

Les réseaux sociaux sont des lieux de consommation encore moins appropriés pour la communication interne de l'entreprise.

L'idée de créer un groupe Facebook privé pour les employés pour discuter des questions de travail peut d'abord sembler attrayant - les employés sont probablement déjà sur Facebook, et cela pourrait donner l'impression que la direction est engagée sur les médias sociaux. Mais Facebook n'est pas fondamentalement conçu pour la communication d'entreprise - il fournit peu de capacité à classer ou rechercher des informations, et des capacités de gestion des données assez pauvres. En conséquence, il est de peu d'utilité pour le «vrai travail» et ne convient que pour le bavardage de bureau et de banalités, offrant très peu de valeur de l'entreprise.

Les experts du marché des Réseaux Sociaux d’Entreprises seraient probablement surpris de constater que l'idée d'utiliser Facebook pour la communication interne est même considérée. Mais une étude récente suggère que 74% des entreprises ont fait exactement cela. C'est une statistique étonnante que je trouve difficile à croire, je suppose que c'est un autre exemple de la confusion causée par la terminologie au sujet des RSE plutôt que d'une véritable réflexion de l'endroit où la communication d'entreprise interne a vraiment lieu.

Cette confusion souligne la nécessité de reconnaître qu'il existe trois types distincts de réseaux sociaux.

Une stratégie d'entreprise sociale intégrée utilise les trois pour améliorer les communications avec les différents groupes de personnes.

1. Réseaux sociaux publics tels que Facebook et Twitter - bon pour la prise de contact avec les clients et prospects, moins bons pour des discussions plus approfondies.

2. Communautés client - pour l'engagement client plus profond. Ceux-ci peuvent être caractérisés comme des «extranets sociaux", et comprennent également des réseaux d'entreprise à entreprise privée de communication avec les partenaires et les clients B2B.

3. réseaux sociaux - pour la communication interne de l'entreprise. Ceux-ci peuvent être caractérisés comme des «intranets sociaux".

Sur les réseaux sociaux publics importants, le plus difficile à catégoriser est LinkedIn. Il est parfois décrit comme un réseau d'entreprise à entreprise, mais il ne l’est vraiment pas. Il s'agit d'un réseau de professionnels qui travaillent pour les entreprises, mais c’ est un réseau de personne à personne plutôt que de business-to-business. Les cyniques pourraient décrire un site de recrutement ou de carnet d'adresses glorifié, et un grand pourcentage des 225 millions d'utilisateurs actifs utiliser ça comme cela.

Mais il y a des signes clairs d'aspirations de LinkedIn à devenir un outil de travail plus utile, permettant aux entreprises de promouvoir leurs produits, et les vendeurs de trouver des clients. Même si, comme un environnement pour l'employé ou de collaboration B2B, il souffre des mêmes problèmes que Facebook - un environnement trop simpliste pour un travail réel.

Donc, LinkedIn est le mieux pris en compte dans la première catégorie - un concentré d'affaires réseau social public qui est bon pour la prise de contact, mais pas très bon pour une collaboration plus étroite.

Parmi les trois types de réseau, il ce sont les réseaux sociaux internes qui ont fait le moins de progrès dans les déploiements, malgré des recherches montrant que ceux-ci offrent le plus grand potentiel business.
Dans le prochain article, nous allons examiner les raisons pour cela.


*Richard Hughes est l'auteur du blog "Business Communication Revolution".
  • Qu'y a t-il de si mauvais dans l’usage du mail ? (1 of 3)
    Par Richard Hughes*, Directeur de la Stratégie Sociale chez BroadVision
    9 août 2013
  •  
  • La montée du réseau Social (2 of 3)
    Par Richard Hughes*, Directeur de la Stratégie Sociale chez BroadVision
    9 août 2013
  •  
  • Les promesses des Réseaux Sociaux d’Entreprise (3 of 3)
    Par Richard Hughes*, Directeur de la Stratégie Sociale chez BroadVision
    9 août 2013

    • Imprimer l'article